Passer au contenu principal
Ozias Leduc, un artiste entre ciel et terre
Musées numériques Canada

Plan du site | Remerciements et crédits | Vos commentaires | English Version

Regard sur l'oeuvre

Détail d'une photo d'Ozias Leduc, d'âge moyen, souriant.
Détail d'un tableau représentant de manière stylisée des surfaces enneigées juxtaposées à des branches. La coulée de neige peut indiquer la fin de l’hiver et le début du printemps.
Un artiste inspiré
Un artiste inspiré
Détail d'un portrait d'Ozéma Leduc, la sœur de l’artiste, qui pose pour ce tableau qui fait partie d’une suite d’œuvres montrant des adolescents absorbés par la lecture.

De gauche à droite : Ozias Leduc • L’heure mauve (détail) • La liseuse (détail)

Introduction

Une inspiration sans limites

Ozias Leduc est un artiste prolifique. Il peint sa première nature morte, Les trois pommes, en 1887, à l’âge de vingt-deux ans. Sa pratique est précise et d’un réalisme incroyable. Il remporte quelques années plus tard un vif succès et une notoriété pour un style pictural qu’il manie à la perfection. Il n’a de cesse dans sa démarche artistique d’étudier la nature et d'en capturer la beauté. Son inspiration n’a pas de limite.

Je n'ai point de manière propre et ne veux point en avoir; chaque fois que je peins, je cherche quelque chose. - Ozias Leduc

Il met à profit ses talents de peintre en créant le portrait des membres de son entourage, sa famille et ses amis, ou encore pour la réalisation de commandes. Les femmes occupent une place privilégiée dans son travail de portraitiste. Très soucieux des détails, il se sert souvent de la photographie pour garder en mémoire la pose et les traits du modèle. Dans sa municipalité de Saint-Hilaire-de-Rouville (aujourd’hui Mont-Saint-Hilaire), on y entend certaines légendes locales que Leduc se plaît de raconter ou encore de s’inspirer. Au-delà de cet environnement imaginaire et fantastique, il entretient ses relations avec beaucoup de bienveillance, que ce soit auprès d’artistes, de poètes, d'écrivains, de musiciens ou d'historiens. Ces amitiés deviennent pour lui sources d'inspiration.

L’artiste réalise plusieurs scènes de genre où il représente ses frères et sœurs dans une activité intellectuelle, notamment la lecture. Il peint au cours des années 1890 sa sœur Ozéma dans La liseuse et son frère Honorius dans Le liseur. Dans L'enfant au pain, la composition rappelle certaines des caractéristiques communes aux portraits de Leduc : le sujet tient un accessoire (un harmonica) et est absorbé par une activité qui souligne les thèmes de l’innocence et de l’imaginaire.

Témoignage

Sa famille et son talent, un témoignage de Simone Leduc-Lamy, nièce d'Ozias Leduc
Téléchargez en format WebM (2,5 Mo)
Téléchargez en format MP4 (1,8 Mo)

Haut de page