Passer au contenu principal
Ozias Leduc, un artiste entre ciel et terre
Musées numériques Canada

Plan du site | Remerciements et crédits | Vos commentaires | English Version

Un artiste inspiré

Détail d'un tableau représentant de manière stylisée des surfaces enneigées juxtaposées à des branches. La coulée de neige peut indiquer la fin de l’hiver et le début du printemps.
Un artiste inspiré
Un artiste inspiré

L’heure mauve (détail)

Secrets et légendes

Intensité expressive

Ozias Leduc ne travaille jamais sur le style ou sur la manière mais toujours sur le contenu, sur le sens profond de ce qu’il peint et dessine.

Il faut que votre peinture ait une âme. - Ozias Leduc

Pour lui, l’art représente non seulement ce qu’il décrit mais doit aussi être porteur d'un sens plus profond.

Les lieux qu'il peint ou dessine semblent être détachés de la réalité. Leduc travaille de façon à conférer à l’image une expressivité très intense, tout en lui attribuant une certaine forme de consistance, notamment par l’absence de personnages. Pour le spectateur, la scène paysagiste devient un lieu où la réflexion est stimulée par la dynamique qui anime l'oeuvre.

 

Durant son enfance, Leduc parcourt le verger de son père, les champs et la montagne. Il découvre certaines légendes locales, comme le Trou des Fées ou les Portes de Fer, dont il se rappellera plus tard dans L’histoire de Saint-Hilaire, on l’entend, on la voit.

Il vit à une époque pendant laquelle les artistes cherchent plus que tout l'expression ce qu’ils ressentent. Les peintres qui adhèrent à ce courant esthétique croient que l’œuvre d’art doit exprimer une idée, une émotion, en utilisant signes et symboles. Les personnages ou les objets n’acquièrent leur signification que par leur caractère symboliste. Leduc invite ainsi l’observateur à s’interroger sur la signification du sujet.

Tout art est symboliste. Tout l’art doit signifier quelque chose. - Ozias Leduc

Cette médiation sur le Beau et le Symbolisme trouvera sa réalisation dans ses grands paysages peints entre 1913 et 1921, tels que L’île enchantée, Neige dorée, L’heure mauve, Cumulus bleu, Fin de jour et Pommes vertes. Certaines de ces toiles traduisent un symbolisme profond, notamment par leur lumière. L’effet de demi-jour est représenté comme phénomène divin.

Cette caractéristique se retrouve également à travers ses décorations d’église par l'utilisation d'un symbolisme propre à la religion catholique : l’ornementation florale, la fleur de lis, les feuilles d’acanthe et la vigne. 

Vous êtes de fer dans le rêve, mais de pierre dans le décor de la nature… sans être moins formidables, devant le mystère que vous cachez. - Ozias Leduc

Haut de page