Passer au contenu principal
Ozias Leduc, un artiste entre ciel et terre
Musées numériques Canada

Plan du site | Remerciements et crédits | Vos commentaires | English Version

Regard sur l'oeuvre

Détail d'un tableau illustrant le plan rapproché d'un pommier chargé de fruits, avec à l'arrière l'horizon baigné d'une douce lumière de fin de jour.
Regard sur l'oeuvre
Regard sur l'oeuvre

Pommes vertes (détail)

Paysages

Une interprétation personnelle de la nature

Ozias Leduc a peint un grand nombre de paysages au cours de sa carrière, mais les peintures les plus représentatives et les plus connues sont réalisées entre 1913 et 1922.

Le paysage est pour Leduc une expression symboliste. Il demande une double lecture, davantage que dans ses natures mortes ou ses scènes de genre.

Ses paysages sont des interprétations personnelles de son environnement. Artiste profondément spirituel, il perçoit le divin dans la nature qui l’entoure.

Pour l’artiste, il existe une communion entre l’homme et la nature. Le divin est présenté comme accessible et omniprésent. À travers ses tableaux, il invite le spectateur à la contemplation et à la méditation.

À ce titre, il utilise régulièrement des formes et des couleurs rappelant le crépuscule, thème récurrent de ses paysages. L’heure mauve (1921) en est un exemple. Une des oeuvres les plus complexes de Leduc par le choix des formes, de sa structure et de sa composition, elle représente une coulée de neige sur une branche de chêne au coucher du soleil.

À travers ses paysages, Leduc représente la lutte de l’homme face à la déchéance de sa propre nature. Il doit faire face à de nombreux obstacles pour s'élever vers Dieu.

Une oeuvre d'une grande importance

Avec Pommes vertes (1914), Leduc est reconnu par la critique et par ses pairs comme un artiste important. Exposé lors du Salon du printemps 1915 à l’Art Association of Montreal (aujourd’hui le Musée des beaux-arts de Montréal), ce tableau est la première de ses œuvres à être achetée par la Galerie nationale du Canada à Ottawa.

Leduc et Saint-Hilaire

Un témoignage de Louise Vigneault, Professeure agrégée à l'Université de Montréal, Faculté des arts et des sciences - Département d'histoire de l'art et d'études cinématographiques
Téléchargez en format WebM (2 Mo)
Téléchargez en format MP4 (28,2 Mo)

Haut de page