Expositions

Les artistes participants de l'édition 2021 ont été invité à explorer l’évolution des relations avec la Terre-Mère, habitat nourricier, source de vie. Toujours en mouvement, la planète bleue a subi maintes transformations, vécu maintes révolutions depuis sa création. La planète Terre est en quelque sorte, la mère des êtres vivants; du plus petit organisme aux populations humaines éparses sur ses 5 continents.

Cette thématique a permis aux artistes d'honorer l'origine de la vie, de sensibiliser le public aux enjeux environnementaux ou encore, d'offrir une interprétation personnelle touchante de la Terre-Mère, incarnée par des éléments symboliques figuratifs ou abstraits. 

En lien avec le thème, les propositions plastiques de 6 lauréats ont été sélectionné par un jury composé de 3 membres. Cette année, ce sont mesdames Marie-André Leclerc, Chantal Millette et monsieur André Michel qui eurent la difficile tâche de choisir les oeuvres gagnantes. L'ensemble des oeuvres sont exposées mur-à-mur pour un effet spectaculaire qui ne laisse personne indifférent.

Imprégnez-vous des mouvements de la Terre-Mère en visitant ce Salon d'automne haut en couleurs et votez pour votre oeuvre coup de coeur. En effet, le 24 octobre seront remis les prix du jeune public et du grand public lors de la cérémonie de clôture de l'exposition.

Les cueilleurs, Jean-François Thuot
Maison Paul-Émile Borduas
30 juillet au 31 octobre 2021

Initialement programmée en 2019, l'exposition de photographies de Jean-François Thuot prend enfin l'affiche à la Maison Paul-Émile Borduas. D'autant plus d'actualité, cette série de portraits de travailleurs étrangers, nous offre une incursion dans l'univers quotidien de ces vaillants exilés. Chaque année, ce sont 15 000 sud-américains qui foulent les terres arables du Québec, dont plus du tiers s'installent dans le garde-manger du Québec, la Montérégie.  

Ce n'est pas d'hier que les québécois ont déserté les champs. Les entreprises agricoles ne pourraient plus se passer d'Eddy du Guatemala, Carlos du Mexique ou Jefette et Kenston de la Grenade pour mener à bien leur dure besogne. En moyenne, un travailleur agricole étranger passe 8 mois par année au Québec. Loin des siens, de sa maison, de sa culture, il devra se créer un autre univers.

Dans nos assiettes, le fruit de leur travail est anonyme. Jean-François Thuot a compris cela et a eu l'idée de passer une journée avec eux dans un verger de Frelishburg pour capturer leurs regards profonds, sympathiques, mélancoliques.